Danièle BRACQ : Entendre la voix de Dieu

COMMENT ENTENDRE LA VOIX DE DIEU ?

C’est une des questions les plus fréquemment posées. Mais réfléchissons un peu, un enfant se la pose-t-il ? Tout simplement il entend la voix de son père ou de sa mère et il ne fait aucun effort pour cela ! Quoi de plus normal ? Quoi de plus naturel ? Il ne peut pas en être autrement. Quand on est en relation avec une personne – et n’oublions pas que Dieu est notre papa – on ne peut que reconnaître sa voix, à moins d’avoir des problèmes de surdité !
“Mes brebis écoutent ma voix…” (Jn 10:27 DRB), dit Jésus. Si nous vivons avec lui, inévitablement nous entendons ce qu’il nous dit et un dialogue s’instaure entre lui et nous.

Comment se fait-il donc que plusieurs aient tant de difficultés à l’entendre ?
Il peut y avoir plusieurs raisons à la surdité spirituelle.
En voici quelques unes :

  1. Le manque de proximité avec le berger
    Les brebis sont toujours très proches de leur berger. C’est une des clés pour l’entendre et c’est parce qu’elles connaissent sa voix que les brebis peuvent le suivre (Jean 10: 4). Une brebis ne suivra jamais quelqu’un qui se dit berger, sans l’être vraiment. C’est d’ailleurs très important, car il y a un risque évident de s’égarer si on ne discerne pas sa voix.

Les disciples de Jésus l’ont bien compris. Une grande foule écoutait la parabole du semeur (Luc 8), mais ce sont seulement ceux qui vivaient continuellement avec Jésus qui ont voulu en savoir plus et l’ont interrogé à propos de ce qu’il avait dit, pas les autres.

Être proche de Jésus est un endroit propice aux confidences. Ceci n’a pas échappé à Jean, le disciple bien-aimé. Rappelez-vous quand il s’est penché sur la poitrine de Jésus pour savoir qui allait livrer son Maître. Vous aussi, expérimentez cette écoute. Penchez-vous sur la poitrine de Jésus, parlez-lui, écoutez-le et vous serez surpris du résultat !

  1. Le manque d’attention, la distraction
    Le livre de Job nous livre un autre élément de réponse :

“Pourtant Dieu parle de différentes manières, mais personne n’y fait attention.”
(Job 33:14 PDV)

Quelquefois, quand nous parlons à nos proches, il leur arrive bien souvent de devoir nous faire répéter. Pire ! Parfois ils n’ont même aucun souvenir que nous leur ayons parlé ! Pourquoi ? Tout simplement à cause de la distraction ! Leur pensée est ailleurs, occupée à autre chose.
En fait nous sommes tellement distraits que la voix de Dieu est noyée dans la mer de nos préoccupations. C’est donc clairement de notre coté que se trouve le problème, pas du coté de Dieu qui continue de nous parler sans se lasser! Il est un Dieu qui parle et qui aime parler.

De plus, généralement Dieu s’exprime de façon très délicate pour forcer notre attention. Certes il parle parfois comme une trompette retentissante, mais souvent c’est de façon si douce, si discrète, qu’à moins de faire très attention, on passe à côté.

  1. Nous compliquons les choses
    Dieu parle de façon très simple ! Quand Elisée dit à Naaman le général syrien d’aller se laver sept fois dans le Jourdain (2Rois 5:10), il s’en faut de peu qu’il s’en retourne bredouille. Pourquoi ? Eh bien, tout simplement, il s’imaginait que le prophète allait agir d’une manière différente, qu’il allait faire tel ou tel geste, dire telle ou telle parole. Il avait une idée préconçue de ce qui allait se passer. Ce qu’il lui demandait était trop simple ! C’est la même chose pour nous, nous avons souvent une idée préconçue de la manière dont Dieu parle. De ce fait quand nous l’entendons, nous doutons que ce soit bien lui. Nous compliquons tellement les choses. Heureusement que Dieu ne nous ressemble pas !

  2. L’angoisse, l’inquiétude, un travail excessif
    Un autre élément peut nous empêcher d’entendre la voix de Dieu : l’angoisse et la dure servitude (Exode 6:9). C’est ce qui est arrivé au peuple d’Israël qui était empêché d’écouter Dieu au travers de Moïse. N’avez-vous jamais remarqué combien il nous est difficile d’entendre la voix de Dieu quand nous sommes dans l’inquiétude ? Ou quand nous sommes exténués par un travail excessif ? Et c’est là qu’on en vient à la différence entre nécessité et importance.

  3. Différence entre nécessité et importance
    On croit souvent que les choses importantes de notre vie sont des choses nécessaires, mais il n’en est rien. Il y a une grande différence entre ce qui est nécessaire et ce qui est important.
    On peut faire beaucoup de choses importantes, ou même simplement une seule chose importante, sans forcément faire la chose nécessaire. Quand vous voyagez en avion, par exemple, ce n’est pas seulement important de prendre votre passeport, c’est nécessaire ! Vous ne pourrez pas partir sans l’avoir en votre possession !
    Chaque chose importante découle de la seule chose nécessaire que nous devons absolument faire. Pour cela il nous faut effectuer les bons choix. Nous devons choisir ce qui est nécessaire, pas ce qui est important.

“Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus.” (Mt 6:33 NEG)

Quelle promesse ! Toutes les choses que nous considérons comme importantes nous seront données, si nous faisons la seule chose nécessaire : celle de chercher Dieu avant tout.
C’est important de manger et de boire, c’est important d’être vêtus, mais c’est nécessaire de chercher le Royaume de Dieu et c’est en le cherchant que les choses importantes de notre vie (le manger, le boire, etc.) nous seront données. Comprenez-vous la différence ?

Ceci fait penser à l’histoire de Marthe et Marie. Nous nous inquiétons et nous nous agitons pour tant de choses. Pourtant une seule chose est nécessaire, une seule : écouter Jésus. Marie l’avait compris, elle a choisi ce qui ne pouvait pas lui être ôté. Tout pouvait lui être pris, tout, sauf ce qu’elle avait. De même nous pouvons tout perdre, mais cette relation, cette écoute de Dieu que nous avons ne pourra jamais nous être enlevée.

Conclusion
Dieu veut intervenir dans notre vie et nous parler au sein de nos préoccupations. Notre vie l’intéresse parce qu’il nous aime, et à cause de son amour pour nous, il veut nous aider en nous parlant. Rien n’est aussi fort pour calmer la tempête de nos vies qu’une parole précise sur laquelle nous pouvons appuyer notre foi. Nous ne pouvons baser notre foi que sur ce que Dieu nous dit et il y a une telle richesse en lui qu’il peut nous parler de multiples façons.

Il est impossible de vivre une vie chrétienne efficace et puissante sans un accès régulier à la voix de Dieu. Alors, usez et abusez de l’écoute de sa voix ! Quand Dieu nous parle, nous le savons avec notre cœur, pas avec notre tête. Nous n’avons pas besoin de nous persuader qu’il nous a parlé : nous le savons parce que ça brûle dans notre cœur. C’est pour cela qu’il est si important de prendre un temps pour être avec lui chaque jour, pour être dans le calme et mieux l’écouter.